jeudi 16 février 2017





Je fais rien.  Il y a plein de choses que je pourrais faire, mais je fais rien.  Plein de choses que je devrais faire.  Mais non, je ne les fais pas.  Passer l'aspirateur, faire du lavage, prendre une marche, aller voir et m'occuper des chats au refuge, regarder un film ou une série, lire...  Rien ne me tente.  Il y a plein de trucs que je pourrais faire pour me divertir, mais je n'en ai pas envie.  Toutes des activités susceptibles de me faire du bien, de m'amuser, de faire passer le temps de façon agréable.  Mais je n'ai même pas le goût de me faire du bien.  Ou de prendre soin de moi.






jeudi 9 février 2017




J'aime...

  • Victor, 4 ans, le fils aîné de ma cousine Noémie et son amoureux Alexandre.  Il est craquant!  Le jour de mon anniversaire, Noémie m'a reçue à souper chez elle et juste avant, nous sommes allées chercher ses garçons à la garderie.  Victor m'a accueillie comme si j'étais sa meilleure amie et il semblait très excité des plans de la soirée.  Il avait même raconté à son éducatrice que c'était ma fête et qu'on soupait tous ensemble pour l'occasion.  Ça m'a touchée, de faire partie de la journée d'un petit bonhomme comme ça.  Et puis il me fait sourire quand, en voyant mes mains trembler, il me demande pourquoi je «grelotte»;
  • le film Lion (2016), en lice pour plusieurs Oscars.  Il s'agit de l'histoire vraie de Saroo, un petit Indien de 5 ans qui se perd à des milliers de kilomètres de chez lui et finit par être adopté par un couple vivant en Tasmanie.  Durant sa vingtaine, il va chercher à retrouver sa famille à l'aide de Google Earth.  Une quête grandiose, touchante.  Dev Patel et le petit Sunny Pawar livrent de très fortes performances.  On y voit aussi de magnifiques images de deux pays liés par un destin extraordinaire;  
  • les chocolats Lindt.  Surtout les petites boules Lindor.  Comment résister, vraiment?  Ils sont parfaits;
  • cette chorégraphie d'Andrew Winghart sur la chanson Cry Me A River de Justin Timberlake.  J'ai toujours beaucoup aimé cette chanson même si je ne voulais pas le dire à l'époque de sa sortie.  Et là, avec cette danse, ces mouvements, ces danseurs, ces costumes, ça lui donne une toute autre couleur, et on oublie encore plus vite Britney Spears.  Merci à mon amie Fannie d'avoir partagé cette vidéo.




Je n'aime pas...

  • les terroristes;
  • l'opéra;
  • le thé et les tisanes.  Pour moi, ce n'est que de l'eau chaude avec un semblant de saveur ou d'arôme ou d'applez-ça-comme-vous-voulez;
  • mon genou gauche.  Il me fait souffrir de temps en temps depuis une chute d'il y a une couple d'années.  L'os est tout croche, mais il paraît qu'il n'y a rien là.








mercredi 8 février 2017






J'aime...


  • la série britannique Him & Her.  C'est mon amie Anne-Marie Genest qui me l'a proposée et j'a-do-re.  On y voit un couple dans la mi-vingtaine dans leur quotidien tout ce qui a de plus banal, passé dans leur petit flat, constamment dérangés par le voisin, les amis, la famille.  C'est cute, gross et très drôle;
  • l'exposition Comme chiens et chats, présentée au Musée de la civilisation jusqu'au 4 septembre 2017.  Bien divisée et très bien documentée, il y a même quelques blocs interactifs.  Ma mère et moi y avons passé une couple d'heures, il est rare qu'un truc dans un musée capte mon attention aussi longtemps.  Il faut dire que le sujet fait partie de mes centres d'intérêts principaux, mais quand même;
  • Lise Dion.  Elle est drôle et sympathique, je trouve;
  • ce clip et cette chanson :


¯-_    "And you should know that 
I'm thinking about what you said 
When you held my hand 
Oh, I adore you"     _-¯



Je n'aime pas...

  • les pubs de Plaisirs Gastronomiques.  C'est loin d'être drôle et les illustrations sont hideuses;
  • tes agissements;
  • la solitude, ces temps-ci.  Ma mère a passé neuf jours chez moi à me trimballer à mes rendez-vous médicaux, au musée, au restaurant, au centre d'achats, à me tenir compagnie, à recevoir mes humeurs et à juste m'aider à vivre, bref, et depuis qu'elle a quitté, je me rends compte qu'être seule me pèse beaucoup et me permet de trop réfléchir et de laisser place à l'anxiété et la panique. Damn...;
  • les salles d'attente.





jeudi 19 janvier 2017




J'aime...

  • les milk shakes du Flash, à la Place de la Cité.  Ce sont les meilleurs;
  • regarder les vieilles entrevues menées par Barbara Walters;
  • l'excellente série American Crime Story - The People v. O. J. Simpson.  Solide;
  • Sarah Paulson, l'interprète de Marcia Clark, la procureure durant le procès dudit M. Simpson.  Autant pour sa performance impeccable que pour sa personnalité.  Elle est tellement drôle et charmante en entrevue!



Je n'aime pas...

  • patiner (voir billet du 11 janvier 2017);
  • les bancs de neige sur le bord des routes et des autoroutes, dégoulinants de brun.  Ouache;
  • la gadoue.  Encore-plus-ouache;
  • les maux de gorge.




mercredi 11 janvier 2017






Durant la période des Fêtes, je suis allée patiner avec mon parrain, deux de mes cousines, la fille de l'une d'elles et ma soeur.  Nous nous sommes rendus à l'anneau Gaétan-Boucher.  J'ai déjà patiné dans ma vie, mais là ça devait faire trois ou quatre ans que je ne l'avais pas fait, et étant donné le peu de plaisir que j'en avais retiré, j'avais fait don de mes patins.  J'ai donc emprunté ceux de ma marraine qui, si vous suivez un peu vous l'aurez deviné, n'était pas avec nous.

Constat immédiat : je n'aime pas plus ça que la dernière fois.  Je ne peux même pas faire deux coups de patins sans perdre l'équilibre.  Impossible pour moi d'avancer.  Je fige.  Je fais quoi?  Nous avons déjà passé plus de temps à enfiler nos engins de torture à pieds qu'à nous promener sur la glace.  Les autres sont partis loin loin à l'aventure, sauf ma soeur et ma cousine Anne-Marie, qui se sont rendu compte de ma détresse.  Je décide donc de prendre une des espèces d'appui qu'utilisent les enfants qui ne savent pas encore patiner et de voguer en m'y appuyant.  N'ayez crainte, je n'ai pas grand orgueil et je n'ai pas l'humiliation facile pour ce genre de choses.  Ma soeur décide même de m'accompagner en en prenant un elle aussi pour les premiers tours, question de se refaire un peu.  Ce n'est pas tout à fait comme le vélo, le patin.

Je crois avoir eu du plaisir pendant deux tours.  Trois, pour être généreuse.  Au début, c'était cocasse, les deux grandes trentenaires avec leurs marchettes.  Mais aussitôt que j'essayais de ne plus m'appuyer sur le truc, l'équilibre m'abandonnait.  Et je n'arrêtais pas de m'enfarger dans les osties de pointes parce que je ne levais pas assez mes pieds ou parce que je n'avais simplement pas la technique.  Dire qu'au secondaire, quelques-unes de mes amies faisaient du patinage synchronisé et une couple d'autres du patinage artistique, dont un qui a participé aux Jeux Olympiques d'hiver de 2006 à Turin et qui s'est classé 12e, salut Shawn Sawyer!  Comment?  COMMENT FAISAIENT-ILS?

Deuxième constat : je suis nulle.  Et je n'aimerai pas plus ça dans cinq tours.  Je décide donc d'abandonner, sans gêne ni regret, et de m'étendre sur le côté de la patinoire, bien installée dans la neige pour regarder les flocons tomber.  Je n'allais quand même pas demander aux autres de partir et ainsi gâcher leur fun.  Ça ne me dérangeait pas d'attendre.

Je regardais donc le ciel blanc, étendue sur le dos, pieds croisés, toute à mon aise, et je laissais les flocons me chatouiller le visage.  À l'occasion, j'approchais une de mes mains pour observer de plus près les cristaux qui s'étaient déposés sur ma mitaine (une paire que m'a tricotée ma soeur Stéphanie!), j'en étudiais la forme, l'éclat...  J'entendais les rires et des bouts de conversation des patineurs qui passaient devant moi.

Puis j'en ai entendu deux.  Qui se parlaient.  En me regardant, sûrement, parce qu'ils se sont mis à parler de moi, mais pas à moi.

<<<>>>

HOMME - (...) tu fais plus d'exercice en patinant qu'en restant allongé dans'neige!

FEMME - Tant qu'à ça, reste chez vous!

<<<>>>

Chères gens,

Vous n'avez eu accès qu'à environ 15 minutes de ma journée en passant devant moi à quelques reprises, probablement de ma vie si on considère que les chances que l'on se recroise sont minces.  Vous ne m'avez vue qu'à travers une fenêtre de mon existence.  Une fenêtre, que dis-je, un carreau!  Sale.  Parce que vous y voyiez sûrement embrouillé.  Et que ce que vous y avez observé ne représente qu'une infime partie de ce que je suis.  Il m'arrive parfois de me foutre de ce que les gens pensent de moi.  Mais il arrive aussi que l'opinion des autres me gèle, m'empêche d'agir, d'avancer.  Cette journée-là, j'ai eu envie de me lever la tête et de vous faire un beau gros sourire.  D'un côté, jme torchais pas mal de vos propos, mais d'un autre, ça m'a dérangée quand même.  Parce que pour la première fois depuis des semaines, j'étais bien.  J'étais bien, à regarder les flocons tomber.  J'étais bien, effouerrée dans la neige.  Vous ne saviez même pas combien de tours j'avais fait avant, j'aurais pu en avoir fait des centaines (ok, non).  Vous ne saviez pas si j'étais blessée ou non, vous ne saviez pas que j'attendais mon groupe.  Vous ne saviez rien.

Mais je vous comprends, je le fais moi-même souvent.  Émettre des commentaires sur des personnes que je n'aperçois que quelques secondes.  Que je ne vois passer et que je dis, dans ma tête ou à celui/celle/ceux/celles en ma présence, une niaiserie ou une parole désobligeante.  Dans le fond, je n'ai aucune idée du contexte.  Des fois il y a une explication derrière ce dont je suis témoin (d'autres fois non, certains individus sont juste craqués et il n'y a rien à faire pour les réchapper).  Mais bon, tout le monde s'est déjà amusé aux dépens des autres, inconnus ou pas.  Et nous allons continuer à le faire.

Troisième constat : je ne sais plus vraiment où je m'en vais avec ce texte et je commence à trouver que ça sonne comme une rubrique du genre «Ce n'est pas bien de juger son prochain» alors je vais couper ça là.  Il faut savoir quand s'arrêter, dans la vie.





vendredi 6 janvier 2017





Tu t'es assis sur ta poésie.  Et moi je fougue constamment.

Je vais lire mes rêves.  Je n'ai vu personne se poser nulle part.

Ce n'est pas cette suite que je voyais, mais alors là pas du tout.


On ne prend pas le temps chez nous.  C'est un réflexe de convoi.

D'un seul élan.  Vont et viennent et viennent et meurent.

Les bêtes, les peaux, les sons, les os, le vent.


Peu de joies internes pour une mère, une mer de métal.

Placer les tuiles, me tromper.

Inadmissible.  Impossible.


Je ne mène à rien, n'aspire à rien.

Il y a comme une odeur de sucre brûlé.  Une odeur déplacée, 

C'est d'une passivité incongrue.




mercredi 4 janvier 2017




J'aime...

  • m'endormir avec de la musique.  J'ai recommencé à le faire il y a quelques semaines pour me détendre et tenter de régler mes problèmes d'insomnie et de crispation;
  • la télésérie Feux, écrite par Serge Boucher, ce génial auteur à qui l'on doit aussi Aveux et Apparences.  Des textes et des moments puissants, accompagnés de comédiens d'immenses talents (Alexandre Goyette, où étais-tu avant cet automne?);
  • la soirée du réveillon du Jour de l'An passé chez Hélène et Phil, avec du bon monde, de la bonne bouffe, des bons rires, des bons «cadeaux» et le feu dehors après minuit;
  • que ma petite Peggy Sue se laisse flatter le menton de temps à autre lorsqu'elle est couchée au pied de mon lit.


Je n'aime pas...

  • tout, ou à peu près.